Comment vaincre l’orgueil avec les Pères du désert

Découvrons comment vaincre l'orgueil avec les Pères et Mères du désert, des hommes et des femmes qui ont vécu aux premiers temps du christianisme et se sont retirés dans le désert pour vivre un cœur à cœur avec Dieu. Cet article a été publié par le magazine chrétien Aleteia le 27 avril dernier. Vous le trouverez ici. Pour le lire sur ce blog, continuez votre lecture...

More...

Si la chute de satan est due à son orgueil, il est donc primordial pour un chrétien de rejeter ce poison de l’âme s’il veut rester uni à Dieu. Dès la fin du IIIe siècle, les Pères et Mères du désert, des hommes et des femmes désireux de vivre la radicalité évangélique, ont cultivé par-dessus tout l’humilité et ont partagé leur sagesse avec leurs contemporains. Comment pratiquaient-ils l’humilité et quel est leur enseignement pour vaincre l’orgueil ?


Des hommes et des femmes passionnés par le Christ

Les Pères du désert sont des hommes qui, passionnés par le Christ, se sont retirés dans le désert pour vivre un cœur à cœur avec Dieu, dans la solitude. Ils vécurent aux premiers temps du christianisme (à partir de la fin du IIIe siècle si l’on se réfère au premier reconnu, Antoine le Grand, jusqu’au VIIe siècle), essentiellement au Moyen-Orient. Les Pères les plus connus sont ceux du désert d’Egypte. Parmi eux, il y avait les ermites ou anachorètes, ceux qui vivaient seuls, et les cénobites, ceux qui vivaient en communautés.


Plusieurs facteurs peuvent expliquer leur rupture avec la société : les persécutions anti-chrétiennes organisées par le pouvoir impérial, notamment entre 250 et 303, ayant particulièrement touché les chrétiens du nord de l’Afrique ; les luttes doctrinales au sein de la jeune Eglise ; ou encore le désir de suivre le Christ en répondant, tel Antoine le Grand, à son appel radical (« Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi. » Matthieu XIX : 21).


Des Pères du désert, on sait peu de choses, si ce n’est que leur retraite a fait d’eux des maîtres dans le domaine du discernement spirituel. Souvent, de jeunes disciples venaient les voir pour leur demander « une parole » qui allait éclairer leur chemin.


Ils nous ont laissé de savoureux apophtegmes, ensemble d’anecdotes et de paroles dont la sagesse, souvent piquante, a édifié leurs contemporains. Ces récits ont été compilés, sans doute vers la fin du Ve siècle, non sans poser quelques problèmes d’authenticité. Pour autant, ils font partie du patrimoine littéraire chrétien et constituent même un « trésor œcuménique » pour reprendre l’expression de la théologienne Marie-Anne Vannier (Prier 15 jours avec les Pères du désert), unissant notamment catholiques et orthodoxes.


La conscience très fine que les Pères avaient du péché, à commencer par le leur, mais aussi de la perfection et de la miséricorde de Dieu, leur a fait estimer l’humilité plus que toute autre vertu, comme en témoignent ces deux apophtegmes, l’un d’Antoine le Grand, connu pour être le « père des moines », et le second d’Amma Synclétique, l’une des rares « mères » du désert.

Icône Antoine le Grand

Antoine le Grand

(251-356)


"J’ai vu tous les filets de l’Ennemi tendus vers la terre, et je disais en gémissant : qui donc passera à travers ? Et j’entendis une voix me dire : l’humilité."

Amma Synclétique mère du désert

Amma Synclétique

(270-350)


"De même qu’il est impossible de construire un navire sans clous, ainsi est-il inconcevable d’être sauvé sans humilité."

Cinq leçons tirées de leurs apophtegmes

Nous retiendrons ici cinq leçons qui émergent de la lecture de leurs apophtegmes et autres écrits, pour vaincre l’orgueil et cultiver l’humilité au quotidien.


1. Méditer sur son état de pécheur et rapporter tout bien à Dieu

L’upérèphania (l’orgueil) manifeste une ignorance profonde de la nature humaine. Comme le remarque le Père Jean-Yves Leloup, auteur d’un ouvrage s’inspirant de la sagesse des Pères du désert (Métanoïa : une révolution silencieuse, 2020), l’orgueil est certainement la « pathologie la plus évidente de l’homme contemporain ». Il s’agit d’une « forme de démesure au niveau spirituel ». L’orgueilleux se suffit à lui-même ; il prend la place de Dieu autant dans ses pensées, ses jugements que dans ses actes.


Dès lors, le meilleur remède pour contrer cette tendance naturelle chez l’homme est de méditer sur son état de pécheur et sur son impuissance à faire soi-même le moindre bien.

Abba Isaïe

« On demanda à Abba Isaïe : Qu’est-ce que l’humilité ? Et il dit : « L’humilité, c’est de se considérer comme plus pécheur que les autres hommes, et de se déprécier soi-même comme ne faisant rien de bien devant Dieu ».

Les Pères du désert ont tellement à cœur de rapporter toute œuvre bonne à Dieu qu’ils se dissocient totalement de leurs charismes. Le récit ci-dessous est rapporté dans « La sagesse des Pères du désert : maximes et autres pépites spirituelles illustrées, 2021 » (où l’humour des planches de dessin rejoint parfaitement l’esprit piquant des paroles des pères !).

Abba Longin

Une femme atteinte d’un cancer, qui avait entendu parler d’Abba Longin et de son charisme de guérison, alla le trouver et se vit vivement réprimandée par celui-ci.

« Pourquoi veux-tu aller chez ce charlatan ? », lui dit-il.

« Je suis malade », répondit-elle.

Abba Longin la renvoya en lui disant : « Va, et Dieu te guérira. Longin, lui, ne peut te rendre aucun service. C’est un nul.

2. Vivre l'Evangile

Les Pères du désert ne disposaient pas comme nous d’une « Bible », mais de fragments bibliques qu’ils consultaient sur des rouleaux de papyrus ou qu’ils entendaient à la liturgie. Aussi avaient-ils l’habitude, selon l’expression d’Abba Nesterios (rapportée par Jean Cassien, XIVe conférence), de « les repasser sans cesse dans la mémoire ».


Cette « rumination » quotidienne de la Parole avait pour double objectif d’éviter les pensées mauvaises et aussi de laisser la Parole prendre peu à peu racine en eux jusqu’à ce qu’ils se conforment parfaitement à la vie même du Christ.


L’apophtegme suivant d’Abba Daniel nous montre à quel point les Pères avaient à cœur de vivre l’Evangile jusqu’au bout.

Abba Daniel

Il vint un jour qu’une possédée donna un soufflet au moine. Celui-ci tendit aussitôt l’autre joue, selon le précepte du Seigneur.

Torturé, le démon s’écria : « Ô violence, le commandement de Jésus me chasse. » Aussitôt, la femme fut purifiée. 

Lorsque vinrent les anciens, il leur fut annoncé ce qui s’était passé, et ils glorifièrent Dieu en disant : « Il est habituel de faire tomber l’orgueil du diable par l’humilité du commandement du Christ »

3. Garder son cœur et ses pensées 

Les Pères avaient pour objectif premier de demeurer toujours dans la pensée de Dieu. Aussi ont-ils préconisé une constante vigilance, ou selon leur expression, une « garde du cœur ».


Etre attentif à soi-même, avoir toujours Dieu « devant les yeux », « faire violence » à ses pensées et acquérir un « cœur d’acier » sont les préceptes qu’ils ont pu transmettre à leurs disciples.


Abba Théonas résume ceci en une phrase :

« Je veux remplir mon esprit avec Dieu ! ».


4. Se défier de soi et estimer son prochain

A l’opposé de l’orgueilleux qui s’arroge le droit de juger son frère comme s’il était Dieu, l’homme humble se défie de son propre jugement.


Les Pères du désert se sont prémunis de l’orgueil de l’esprit en se référant toujours à un ancien et en reconnaissant aussi lorsqu’un disciple ou un séculier les dépassait.


Cet apophtegme d’Abba Arsène témoigne de cette humilité de l’esprit vis-à-vis du prochain :

Abba Arsène

Comme Abba Arsène interrogeait un vieillard égyptien, un autre, le voyant, lui dit :

« Abba Arsène, comment toi qui possèdes une telle culture romaine et grecque, interroges-tu ce paysan sur tes propres pensées ? »

Il répondit : « Certes je possède la culture romaine et grecque, mais je ne connais même pas l’alphabet de ce paysan. »

5. Se considérer toujours comme un novice

Si les Pères du désert ont pu acquérir une « paternité spirituelle » reconnue de tous, c’est parce qu’ils sont passés par le creuset de l’anéantissement de leur ego. Ayant conscience de leur petitesse, de leur « rien » face à l’infini de Dieu, ils avaient l’humilité de se considérer toujours comme des novices.


Abba Sisoès, à l’heure de sa mort, fit cette expérience :

Abba Sisoès

On disait d’Abba Sisoès que, lorsqu’il fut sur le point de mourir, alors que les Pères étaient assis auprès de lui, son visage brilla comme le soleil.

Et il leur dit : « Voici que vient Abba Antoine. »

Peu après, il dit : « Voici que vient le chœur des prophètes. »

Et à nouveau son visage brilla intensément et il dit : « Voici que vient le chœur des apôtres. »

Et son visage redoubla d’éclat et il semblait converser.

Et les anciens lui demandèrent : « Avec qui parles-tu, Père ? ».

Il dit : « Voici que les anges viennent me prendre, et je les supplie de me laisser faire un peu pénitence. »

Les anciens lui dirent : « Tu n’as pas besoin de faire pénitence, Père. »

Mais Abba Sisoès leur dit : « En vérité, je n’ai même pas conscience d’en être encore au commencement ». Et tous surent alors qu’il était parfait. 

Pour aller plus loin dans la lecture des Pères du désert, voir l’ouvrage : Paroles des anciens : apophtegmes des Pères du désert de Jean-Claude Guy, Editions du Seuil, 1976.

La parole est à vous dans les commentaires

  • Et vous, comment cultivez-vous l'humilité au quotidien ?
  • L'exemple des Pères et Mères du désert vous inspire-t-il ?

Aliénor Strentz


Fondatrice du blog "Chrétiens heureux".

Aliénor Strentz

  • Bonjour,
    Très bel article ! Merci beaucoup.
    L’on atteint l'”humilité” par le dépouillement de ses qualités humaines pour enfin épouser les immenses qualités divines. Cependant, plusieurs voies existent.
    Merci à Vous.

    • Bonjour, merci pour votre commentaire et vos remerciements ! Je ne partage en revanche pas votre avis sur le dépouillement de ses qualités humaines. Elles sont en effet un don de Dieu. Nous avons la responsabilité de les développer au service de notre prochain et au service de l’évangélisation. Vous pouvez aller relire la Parabole des talents (Matthieu 25 : 14-30) : le maître fait entrer dans “sa joie” les serviteurs qui ont fait fructifier leurs talents au lieu de les enterrer. Ce verset peut aussi vous éclairer : “on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison” (Matthieu 5 : 15). Merci à vous.

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Inscrivez-vous à la Newsletter et recevez un e-book en cadeau de bienvenue !

    >