Abraham, Pierre, Ponce Pilate… Ces figures bibliques piégées par leur cerveau

2  comments

Pour nous permettre de construire une vision cohérente du monde, notre cerveau réduit la complexité du réel en nous jouant des tours au quotidien. Il est intéressant de constater que les personnages bibliques ont eux aussi été victimes de biais cognitifs

Cet article a été publié par le magazine catholique en ligne Aleteia le 27 mai dernier. Il est consultable ici en français. Il a été repris par l'édition américaine d'Aleteia, et traduit en anglais ici.  Vous pouvez aussi continuer votre lecture de l'article en français sur ce blog.

More...

Dans un ouvrage passionnant, Votre cerveau vous joue des tours (2019), Albert Moukheiber, psychologue clinicien et docteur en neurosciences cognitives, nous entraîne dans un voyage intérieur, au cœur de nos pensées, de nos jugements et de nos prises de décisions.

Il montre comment, au quotidien, notre cerveau nous « joue des tours » lorsqu’il traite et filtre les signaux du monde extérieur. En ami qui nous veut du bien, le cerveau opère en effet une « réduction de l’ambiguïté », autrement dit un choix parmi les différentes options que le réel contient. Il construit ainsi une vision globale du monde, la plus stable et cohérente possible.


Des erreurs de jugement préjudiciables

Dans la plupart des cas, cette réinterprétation du réel nous est utile pour notre survie. Elle nous permet de mettre en œuvre des « heuristiques », c’est-à-dire des réflexes facilitant notre vie quotidienne (par exemple si nous voyons de gros nuages noirs dans le ciel, nous pensons automatiquement qu’il risque de pleuvoir plutôt que d’y voir un signe éventuel de la fin des temps et de nous attarder inutilement sur cette probabilité !).

Mais cette recréation du réel nous conduit aussi à des erreurs de jugement préjudiciables pour nous-mêmes et les autres. Ces déviations de la pensée ont été identifiées sous le terme de « biais cognitifs » par les psychologues Daniel Kahneman et Amos Tversky, au début des années soixante-dix. Elles sont une partie intégrante de notre raisonnement et il est donc inutile de vouloir les éradiquer. 

Il peut être utile en revanche de les identifier, d’en comprendre le mécanisme afin de ne plus nous laisser tromper aussi facilement par notre cerveau. Il est intéressant de voir que les personnages bibliques aussi ont été touchés par ces biais cognitifs.


Quatre situations types dans lesquelles notre pensée est biaisée

Des centaines de biais cognitifs ont été répertoriés. Voyons ici quatre situations types dans lesquelles vous avez de fortes probabilités d’être sujets à l’illusion et à l’erreur à cause des biais cognitifs.


1. L'apôtre Pierre et le biais de sur-confiance

Si vous commencez un apprentissage (de langues vivantes, sport, etc.), vous êtes sûrement sujet au biais de l’illusion de connaissance ou biais de sur-confiance. Tout apprentissage commence en effet par un pic de confiance en sa connaissance du sujet conférant un sentiment de surpuissance. 

Ce biais peut aussi s’activer au début d’un ministère : songeons à l’apôtre Pierre qui, formé par le Christ pendant trois ans, surestime sa vertu de force et sa fidélité lorsque le Christ l’avertit de sa prochaine Passion. « Quand il me faudrait mourir avec toi, je ne te renierai pas. » (Mt 26, 35).

Après son triple reniement, Pierre passera par une phase de découragement avant de remonter la pente… L’Esprit Saint en fera au final un apôtre des plus courageux ! Mais il aura fallu qu’il passe auparavant par le creuset du doute sur lui-même et de l’humilité.


L'apôtre Pierre et le biais de sur-confiance

" Quand il me faudrait mourir avec toi, je ne te renierai pas."


2. Abraham et le biais d'interprétation

Lorsque vous avez peur d’une situation inconnue et que vous imaginez le pire, vous êtes sujet aux biais cognitifs d’interprétation, dont notamment la dramatisation ou biais négatif d’interprétation, l’étiquetage d’une personne ou d’un groupe, ou encore la divination (lorsqu’on se convainc de connaître ce que les autres pensent sans considérer des alternatives plus plausibles).

C’est ce qui arrive à Abram (avant qu’il ne devienne « Abraham »). Une famine le fait partir en Egypte avec son épouse Saraï. C’est une situation inconnue pour lui. Il craint la réaction des Egyptiens devant la grande beauté de Saraï, et imagine qu’il pourrait être tué s’il révèle qu’elle est son épouse. Il lui demande donc de se faire passer pour sa sœur.

La grande beauté de Saraï ainsi que son pseudo-célibat sont rapportés au pharaon qui la prend pour femme (Gn 12-19). Apprenant peu après la vérité, celui-ci renvoie avec colère Abram et Saraï hors d’Egypte.

Devant une situation inconnue, Abram a préféré imaginer le pire plutôt que d’envisager d’autres alternatives. Sa peur a déclenché des biais d’interprétation qui ont eu des conséquences fâcheuses sur ses prises de décision.


Abraham et le biais d'interprétation

" Quand les Egyptiens te verront, ils diront : 'C'est sa femme' et ils me tueront (...). Présente-toi donc comme ma soeur afin que je sois bien traité (...)".


3. Le prêtre Eli et le biais d'ancrage

Lorsque vous jugez hâtivement quelqu’un, vous êtes alors sujet aux biais suivants : le biais d’ancrage (consistant à ne retenir qu’une seule information pour juger d’une situation donnée) ou encore le biais de représentativité (qui nous fait juger une personne en nous fondant sur quelques informations que nous considérons comme représentatives de cette personne). 

Le prêtre Eli lui-même a commis une erreur de jugement en se fondant sur un seul élément : la vision d’Anne remuant les lèvres sans qu’on entende sa voix. Il en déduit rapidement qu’elle est ivre et lui demande littéralement d’aller « cuver son vin » ailleurs (1 Sam 1,12-14).

Anne éplorée lui explique la véritable situation : elle est venue prier au temple et épancher son cœur devant l’Eternel. Eli regrette aussitôt sa méprise, et sans même savoir ce qu’elle est venue demander au Seigneur, la bénit et lui assure que Dieu exaucera sa demande.


Le prêtre Eli et le biais d'ancrage

"Comme Anne restait longtemps en prière devant l'Eternel, Eli observa sa bouche. (...) Eli pensa qu'elle était ivre, et il lui dit : "Jusqu'à quand seras-tu ivre ? Va cuver ton vin"."


4. Ponce Pilate et le biais de la conformité sociale

Lorsque vous prenez une décision dans un contexte stressant, vous pouvez être sujet à la conformité sociale, attitude poussant à adopter le même comportement, le même avis que celui d’un groupe d’individus. 

C’est ce qui est arrivé à Ponce Pilate amené à juger le Christ devant une foule soudée pour libérer Barabbas. La pression du groupe est telle que Ponce Pilate, pourtant touché peu de temps auparavant par la personne du Christ et son message sur « la vérité », choisit de s’aligner sur la foule et d’ordonner la flagellation de Jésus.

C’est peut-être justement parce qu’il est « victime » de ce double biais cognitif de la conformité sociale et de la dissonance cognitive (état de tension extrême dû à une divergence entre nos pensées et nos actes) que le Christ lui dit, en faisant allusion à Hérode : « Celui qui me livre à toi commet un plus grand péché » (Jn 19, 11).


Ponce Pilate et le biais de la conformité sociale

" Pilate chercha à le relâcher, mais les Juifs criaient : 'Si tu le relâches, tu n'es pas l'ami de l'empereur.(...) Après avoir entendu ces paroles, Pilate amena Jésus dehors (...)."

Et vous, qu'en pensez-vous ?

  • Et vous, avez-vous déjà été "victime" de biais cognitifs ?
  • Après lecture de cet article, en prenez-vous davantage conscience ? Merci de vos partages dans les commentaires ci-dessous.
  • L'article suivant du blog vous donnera des pistes pour éviter ces biais cognitifs !

Aliénor Strentz


Fondatrice du blog "Chrétiens heureux".

Aliénor Strentz

  • Bonjour,
    est-ce qu’il n’y a pas un risque de pouvoir/vouloir justifier toutes erreurs en utilisant ce système ?

    • Bonjour et merci de votre commentaire.
      Mon propos dans cet article n’est pas d’inventer un « système » mais d’explorer un sujet d’étude des neurosciences.
      Le fait de montrer que des grands personnages de la Bible avaient déjà ces biais cognitifs montre qu’il ne s’agit pas d’une création contemporaine ou d’un effet de mode, mais d’une réalité révélée par les neurosciences.
      Pour mémoire, les neurosciences sont utilisées depuis plusieurs décennies déjà dans le marketing et en politique.
      Pour répondre à votre question, le plus important est de reconnaître votre péché, ou comme dit l’apôtre Paul, de reconnaître que vous êtes un « homme charnel, vendu au péché ». (Romains 17 : 14). C’est ce qui nous différencie dans notre nature humaine du Christ qui Lui n’a jamais péché.

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Inscrivez-vous à la Newsletter et recevez un e-book en cadeau de bienvenue !

    >